Pendant une vie entière à Nantes, partagée entre ma famille,
mes trois enfants et mon métier d’enseignante pour des élèves non-voyants, j’ai mûri mon art,  travaillé ma technique, progressé.

 

D’où vient ma passion de la peinture ?
Certainement de ma fascination pour les couleurs.
Les couleurs qui s’enlacent, qui se touchent, qui s’opposent
et qui explosent au final sur mes toiles ; avec toujours la surprise de voir apparaître,là un personnage qui s’esquisse, là un paysage
qui se dessine et toujours une histoire qui s’offre
à mon regard et aujourd’hui au vôtre.

 

La surprise de l’inspiration. Elle arrive n’importe où, n’importe quand :
un bois flotté, une vieille affiche déchirée, un mur délabré et ça donnera tout à l’heure, là-haut, dans mon atelier, un résultat inattendu.

 

La surprise de l’émotion artistique, c’est ce qui me fascine encore dans cet art de la sculpture Raku, une technique de cuisson japonaise. D’abord il y a le travail de la terre, le modelage, le projet de sculpture que j’ai en tête et puis ensuite la cuisson qui va en fait décider de tout, avec à la clef les effets aléatoires des émaux, les petits miracles des enfumages, comme autant de moments de stress jubilatoire.

 

C’est une surprise, vous disais-je, d’exposer aujourd’hui mon travail.
Une surprise et une fierté.